Napoléon

 

Laura dessinait délicatement le tour de sa bague du bout des doigts, perdue dans ses pensées. « N’est-elle pas un peu imposante pour tes jolies mains si fines ? »

Elle n’avait pas entendu Vincent la rejoindre, pourtant le bar était aussi calme qu'habituellement.

Elle lui adressa ce sourire étrange, dont elle seule avait le secret, lèvres rouge pincées mais de sorte qu’on aurait pu croire qu’elle riait intérieurement.

« Bon, je n’y connais rien. Et puis clairement ça revient à la mode. Mais j’avoue ne toujours pas saisir comment vous pouvez aimer porter des bijoux plus imposants donc plus lourds et... »

Il s’interrompit.
Les yeux de Laura pétillaient et il savait ce que cela signifiait.

« J’ai compris, je m’assoie, je me tais, j’écoute ».

Elle dépassa la bague de son doigt et la lui tendit.
En lieu et place d’un solitaire ou d’une quelconque pierre semi-précieuse trônait un Napoléon.

« Les bijoux imposants sont souvent des madeleines de Proust. »
Il observa plus attentivement la bague avant de relever les yeux vers elle, pour en savoir davantage.

« Quand j’étais petite, à la Chandeleur, ma grand-mère plaçait un Napoléon dans le creux de notre main avant que nous fassions sauter notre crêpe.
C’était censé être un gage de bonne fortune et de réussite.
Et regarde moi... »

Il souriait à son tour tout en lui passant la bague au doigt.

« Alors bijou te rappelle ta réussite et t'encourage ?


- Oui, comme un simple moyen de se remémorer d’où l’on vient.
Le poids n’est pas un fardeau pour moi, seulement le témoin de ma gratitude et de mon humilité. Alors oui c'est à la mode, la mode est à l’amour des nôtres, des personnes qui nous ont épaulés, de chaque instant sacré vécu depuis notre enfance, finalement une ode à la vie, une incitation à grandir et à se dépasser, toujours un peu plus.

 

Je shoppe Napoléon